J'ai découvert il y a quelque temps le site d'un des groupes qui viendra se mélanger avec nous lors de la fête du 30ème anniversaire des Virouneux : il s'agit des Seuvetons béarnais.

       

Leur site est un blog, mais il est écrit avec un trait d'humour que j'apprécie beaucoup et qui me confie le genre de jalousie qu'on éprouve à ne pas avoir pensé à une chose donnée avant. Donc, ça vaut le coup.

       
Qu'est-ce qu'un Seuveton? Ils vous le diront mieux que moi, donc on les écoute.
       
Caractéristiques générales : c’est un être humain dont le territoire se limite à quelques encablures de Lasseube. Il a un aspect typiquement humain : son sexe est masculin ou féminin, sa taille et son poids soumis à variation en raison de son goût plus ou moins prononcé pour la Garbure. Sa durée de vie semble être longue puisque les spécialistes s’accordent à reconnaître que même les plus âgés ont autant de vitalité et de vaillance que les cadets. Enfin, pour pouvoir le distinguer sûrement, on peut affirmer qu’il a le faciès caractéristiques des habitants du Sud-Ouest : il est racé ! Il adore sa famille et d’avril à mai, il vit en tribu. Jamais nu, il est souvent affublé de costumes originaux.
Tous les scientifiques qui ont étudié les fonctions de son corps, émettent le diagnostic suivant : l’homme descend du singe, le Seuveton aussi. Il en garde seulement l’agilité : ses pieds et ses jambes lui servent à danser et à accomplir des sauts traditionnels ; ses mains, outre le rôle de pince pour tenir un verre de Jurançon, jouent de divers instruments comme le violon, l’accordéon, la flûte, les percussions, la guitare ; sa bouche, organe très précieux pour chanter, émet des voix basses, hautes ou intermédiaires et sert à parler un dialecte rare. Son cerveau est un très savant mélange du passé, de présent et d’avenir ; certains s’accordent à penser qu’il est toujours en fusion, d’où l’origine du béret que beaucoup portent pour préserver les autres de la chaleur très importante qui se dégage de leur boîte osseuse. Pour les profanes, c’est en gros le système de l’alambic.
Aucune étude pour le moment ne permet de préciser le rôle de certains de ses autres organes, mais on pense par exemple qu’il arrive à se reproduire (une soixantaine de petits dans la tribu, surnommés les Passerons).
Il n’émigre pas et au stade actuel des recherches, on constate qu’il délimite son territoire à Lasseube. Le Chef Seuveton établit le camp fermement et apparemment pour des millénaires dans ce village. Cette thèse s’appuyant sur l’étude de la construction en matériaux modernes de la hutte commune, appelés par nous ethnologues, Préfabriqué.

                  
Source : http://seuvetons.blogspot.com/

               
Et des Virouneux, alors... qu'est-ce que ça pourrait donner?
            
Le Virounal est une espèce rare mais qui arrive à maintenir dans son espèce un nombre à peu près constant : ils sont nés 80 et mourront 80. D'aspect typiquement humain, son sexe est masculin ou féminin, son poids variable en raison de son goût plus ou moins prononcé pour le farci poitevin. Sa durée de vie n'est pas encore connue, car les plus âgés de la tribu ont actuellement une soixantaine d'années, mais il est clair que la vigueur et la rapidité ne diminuent pas avec l'âge. Peu caractérisable, on ne le reconnaîtra qu'à son costume et/ou à sa culotte fendue.

La tribu n'émigre pas, mais accueille régulièrement des arrivages d'ailleurs. C'est ainsi que sur un échantillon réduit de cinq Virouneux, les scientifiques ont pu constater par analyses topologiques la présence d'une Parisienne, d'une Anglaise et d'un Auvergnat. Leur présence s'explique par le droit fondamental qui réunit les Virouneux : point de droit du sol, il sera accordé davantage d'importance au pur talent. Le Chef Virouneux a délimité le territoire de base de la tribu à Buxerolles et ses environs, mais tels des brebis galeuses ou des enfants turbulents, les membres de ladite tribu repoussent sans arrêt les barrières fixées par le vilain Chef afin d'explorer sans cesse de nouveaux pâturages. Mais le Virounal est casanier : il ne se sentent réellement bien que chez lui, et c'est pour cette raison-là que les manifestations virouneuses à domicile sont les plus spectaculaires.

Il a été observé parmi les Virouneux une tendance aigüe à la reproduction intra-tribu, dont témoigne la présence insistante de conjoints, d'enfants, de cousins, de beaux-frères et de nièces au sein du clan. Les scientifiques n'ont pas encore réussi à déterminer le nombre exact de familles et de fratries, car la définition même de la fratrie prend un sens nouveau en présence des Virouneux. Ils sont très attachés entre eux, et leurs moindres rencontres donnent lieu à de nombreux bisous et accolades.

Le Virounal peut se déplacer seul comme en groupe, et on observe à l'intérieur de la tribu la formation de groupes de taille réduite. Les liens familiaux en sont apparemment la première cause, mais il a été constaté la présence d'affinités personnelles et professionnelles pouvant reposer sur l'amitié, l'amour, la danse ou la musique. Lorsque la Musique joue, il est fréquent que se forment des couples temporaires unis sous l'oeil bienveillant de la Danse. En-dehors des réunions habituelles de tout ou partie de la peuplade, il est ainsi fréquent que certains Virouneux se retrouvent.

 

J'ai essayé ! Enfin. Comme je vous disais l'autre jour, les Virouneux ont étendu leur contrée à Facebook, le lien se situe ci-dessous. Et sinon, les préparatifs du trentième anniversaire vont bon train : les répétitions s'enchaînent, les niveaux s'affirment et s'améliorent, les modifications se font plus rares, et la bonne humeur due au travail bien fait se réinstalle petit à petit.

Bonne journée !